Courir en hiver

Il est tout à fait possible de courir dehors, avec plaisir et de manière sécuritaire douze mois par année;  même pendant les quelques mois plutôt froids. Voici quelques règles afin de mieux apprécier la course hivernale.

Pour ce qui concerne les vêtements à porter, il faut toujours penser en termes de couches. Il faut greloter pendant quelques minutes en allant dehors, après on sera bien pour le reste de notre sortie.  Un coupe-vent est souvent la meilleure option comme dernière couche.

Il est aussi important de garder nos extrémités au chaud. Nous perdons beaucoup de chaleur par la tête; un chapeau qui cache bien les oreilles du froid et du vent est donc de mise.  Les gants et mitaines sont aussi nécessaires. Les mitaines sont préférables car elles gardent plus la chaleur. En ce qui concerne les pieds, on opte pour des bas en laine mérino et des bas plus longs afin de bien protéger les chevilles de la neige.

Pour ce qui est de la distance de course, on priorise des boucles afin d’être près de la maison si jamais un imprévu arrive. De plus, en faisant des boucles nous n’avons pas toujours le vent dans le visage ce qui réduit le risque d’engelure. Si vous courez en bord de route, courir dans le sens contraire de la circulation est plus sécuritaire car vous êtes plus visible et vous pouvez voir les véhicules arriver.

À cause de la chaussée qui peut être glissante ou enneigée, réduire l’amplitude de la foulée est recommandée afin de minimiser le risque de blessure. La majorité des personnes le font de manière instinctive.

Enchaînons avec  un autre conseil. Lors de la course en hiver, oubliez votre chrono. Il y a plusieurs facteurs à tenir en compte tels le froid, le vent, la glace, la neige, le temps de la journée, etc. Lors de vos sorties fiez-vous à vos sensations, et à votre fréquence cardiaque. Bref, mesurez votre effort et perception de la fatigue (Échelle de Borg par exemple) et comment vous vous sentez au lieu de la distance et du temps.

Il faut être flexible avec notre programme d’entraînement et prendre des décisions avec jugements sécuritaires. Si par exemple il y a une tempête, il vaut mieux reporter notre entrainement, opter pour le tapis roulant ou simplement prendre une journée de repos. Nous savons tous à quel point ces journées sont importantes et tout aussi bénéfiques que les journées d’entraînement.

Quant à l’hydratation, elle est tout aussi importante l’hiver. Durant cette saison, les sensations de soif sont diminuées. Il faut donc penser à boire de l’eau surtout si notre sortie est plus d’une heure. Dans ce même ordre d’idée, « La déshydratation s’accompagne d’une augmentation de la viscosité du sang, d’où le risque d’engelure écrit le physiologiste de l’exercice Guy Thibault dans son nouveau livre En pleine forme.

Comme mentionné plus tôt, utiliser notre bon sens est de mise; par temps hasardeux au lieu de prendre un risque et ne pas avoir de plaisir à cause des conditions, allez dans un centre sportif  faire de l’elliptique, du rameur, du tapis roulant ou autres machines cardio.

Lors de votre course, vous allez peut être à un moment donné ressentir une sensation de brûlure au niveau des poumons à cause de l’air froid que vous inspirez. Afin d’éliminer le problème, portez un foulard ou cache-cou et respirez l’air humide à travers celui-ci.

En résumé, l’hiver est une belle saison plaisante pour pratiquer la course à pied. Il faut tout simplement s’habiller en conséquence et faire usage de notre bon sens tout en étant sécuritaire et en ayant du plaisir.